Forum Ovni

Gênes 1608

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gênes 1608

Message  pascal le Jeu 20 Jan - 15:46

5 août 1608, les Niçois voient apparaître dans le ciel, 3 masses lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Les engins s'arrêtent au dessus de la forteresse. Ils descendent à 1 m de la surface de la mer, à faible vitesse. Les habitants peuvent examiner en détails les 3 engins

2 personnages plongent dans l'eau jusqu'aux hanches. Leurs bras maintiennent 2 tubes raccordés à la ceinture. Pendant 2 h les engins les engins restent pratiquement en cette position. Puis les êtres embarquent vers 22 h, les engins partent vers l'est, dans un bruit infernal, et disparaissent en quelques secondes.

Au matin du 22 août, les 3 engins se présentent à Gênes. Informé des événements survenus à Nice 17 jours auparavant, il déclenchent un violent tir d'artillerie sur les 3 vaisseaux. 800 boulets sont ainsi tirés, sans que les engins ne subissent de dommage. Après 1 h d'évolution au dessus des flot, un engin se détache du groupe et fonce sur la ville à une vitesse vertigineuse

Une folle panique s'empare alors de la population, et l'on relève plusieurs morts et blessés après le passage de l'engin à la suite de piétinement, émotions ou radiations émises par le vaisseau. Les 3 vaisseaux se regroupent ensuite et disparaissent vers l'est à une vitesse vertigineuse.

Le 26 août 1608, dans le ciel de Martigues apparait un vaisseau spatial qui évolue durant une 1 h 30 au dessus de l'agglomération. 2 êtres sortent du vaisseau, évoluant autour de l'engin et semblant se livrer à un duel en plein ciel. Ce sera la dernière manifestation relaté par cet écrit dans la région méditerranéenne.

pascal


avatar
pascal
Modérateur
Modérateur

Messages : 51
Crédits € : 27
Réputation : 2
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 53
Localisation : Charleroi / Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gênes 1608

Message  pascal le Jeu 20 Jan - 15:51

NICE 1608 - Dans les archives de la ville de Nice, une bien curieuse histoire d'intervention extraterrestres fût retrouvée. Nous allons maintenant vous livrer ce document.
LE PORT DE NICE 1608


Au début du xviième siècle, Nice port principal du Royaume du Piémont connait une période de grande prospérité. L'impossante forteresse qui domine la ville décourage les incursions barbaresques qui ravagent régulièrement les côtes voisines.

SUR LE QUAI

Sur le quai de riches demeures aux balcons ouvragés. Dans cette charmante cité maritime on respire la paix dans un climat paradisiaque, quand soudain !.....

APPARITION D'OVNI

Au crépuscule du 5 aout 1608, les niçois voient apparaître dans le ciel, trois masses lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Les engins s'arrêtent au dessus de la forteresse. Ils descendent à 1 m de la surface de la mer, à faible vitesse. Les habitants peuvent examiner en détails les trois engins.

LES ENGINS

Se mantenant proche de l'eau les trois masses provoquent une sorte de bouillonnement de l'eau avec dégagement d'une vapeur ocre-orangée, dans un bruit infernal. De l'un des engins surgit un être, puis deux......

LES ETRES

Ces deux personnages plongent dans l'eau jusqu'aux hanches. Leurs bras maintiennent à la verticale deux tubes raccordés à la ceinture. Pendant deux heures les engins les engins restent pratiquement en cette position. Puis les êtres embarquent vers 22 h, les engins partent vers l'Est, dans un bruit infernal, et disparaissent en quelques secondes.

AVERTISSEMENT DE DIEU

Les Niçois attribuant ce phénomène à un avertissement de Dieu, ils s'ébranlent en de longues processions religieuses, portant le christ en tête, jusqu'à l'aube du 6 août 1608.

DE NOUVEAU A GENES

Au matin du 22 août, les trois engins se présentent à Gênes. Informé des évènnement suvenus à Nice 17 jours auparant, il déclanchent un violent tir d'artillerie sur les trois vaisseaux. 800 boulets sont ainsi tirés, sans que les engins ne subissent de dommage. Après une heure d'évolution au dessus des flot, un engin se détache du groupe et fonce sur la ville à une vitesse vertigineuse.

PANIQUE

Une folle panique s'empare alors de la population, et l'on relève plusieurs morts et blessés après le passage de l'engin à la suite de piétinement, émotions ou radiations émises par le vaisseau. Les trois vaisseaux se regroupent ensuite et disparaissent vers l'Est à une vitesse vertigineuse.

A MARTIGUES

Le 25 août 1608, dans le ciel de Martigues apparait un vaisseau spatial qui évolue durant une 1 h 30 au dessus de l'aglomération. Deux êtres sortent du vaisseau, évoluant autour de l'engin et semblant se livrer à un duel en plein ciel. Ce sera la dernière manifestation relaté par cet écrit dans la région Méditerranéenne.

PLUIE ROUGE

Une semaine plus tard, d'abondantes pluies rouge comme le sang tombent dans la région. Les habitants pensent qu'il s'agit de sang, et qu'ils ont à faire à une vengeance divine, à la suite des èvennements de Martigues, Nice ou Gènes !.....

DANS LES EGLISES

Pendant quarante jours les chapelles, églisses et cathédrales de la région allant de Martigues à Gènes, voient une foule énorme venir prier jour et nuit.
_________________
avatar
pascal
Modérateur
Modérateur

Messages : 51
Crédits € : 27
Réputation : 2
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 53
Localisation : Charleroi / Belgique

Revenir en haut Aller en bas

tratuction du texte de Gênes 1608

Message  pascal le Jeu 20 Jan - 15:53

Traduction du document de Gênes de l'atterrissage des ovnis en Aout 1608.





Discours Au vrai des terribles et épouvantables signes apparus sur la mer de Gênes au commencement du mois d'aout 1608 dernier.
Avec les prodiges du sang qui est tombé du ciel en pluie du côté de la côte de Nice et en plusieurs endroits de la Provence.


Ensemble l'apparition de deux homme en l'air, lesquels se sont battus par plusieurs fois.


Et ont été vu en grande admiration durant trois jours sur l'île de Martigues, qui est une ville sur la mer à cinq lieu de Marseille.




Imprimé a Troyes
Par Odard Aulmont
Rue de la poissonnerie



Discours épouvantables des signes qui sont apparus sur la mer de Gênes, au commencement du mois d'aout dernier de l'an 1608.


Les prodiges qui nous apparaissent, sans doute se sont courrier et postillons Céleste, qui nous dénoncent les malheurs qu'ils nous doivent advenir et semble qu'ils nous provoque de courir aux remèdes des prières et aux jeûnes, a seul fin d'appaisser l'ire (la colère) de ce grand Dieu, lequel nous offensons journellement.


Les Romains disent aussitôt qu'ils apercevaient des prodiges, (qu) ils faisaient des sacrifices aux Dieux, pour apaiser leurs colères par leurs victimes Idolâtrie.


Et nous qui sommes chrétiens, nourris en une meilleurs écoles il faut que sincèrement nous présentions nos cœurs constris et repentant, et humblement prier le tout puissant de nous pardonner nos fautes et vouloir apaiser sa juste colère à seul fin que les malheurs qui nous sont préparez par sa justice soient détournez et chassez loin de nous par sa sainte miséricorde .


Au commencement du moi d'aout de l'an mil six cents huit, sur la mer de Gênes c'est vu les plus horribles signes que de mémoire d'homme ait été parlé , n'y écrit.


Les uns étaient en figure humaines, ayant des bras qui semblaient être recouvert d'écailles et tenaient dans chacune de leur mains deux horribles serpent volant, qui leurs entortillaient les bras, et ne paraissaient que depuis le nombril, en haut hors de l'eau et lançaient ( ici le verbe gerrer est employé*) des cris horribles que c'était chose du tout épouvantable. Et parfois plongeaient dans la mer et ressortaient en d'autres endroits loin de là, hurlaient des cris si épouvantable que plusieurs en ont été malade (habitants de Gênes )de la peur qu'ils en ont eu. Ils en voient qui semblaient en figure de femme.


D'autres avaient le corps comme corps humains, tout couvert d'écailles, mais la tête était en forme de dragon.


Depuis le premier jour dudit mois ils on été ordinairement vu au grand étonnement de tous les Gennevois, le Seigneur de Gênes fit tirer quelques coups de canon pour tacher de les faire ôter de ce lieu et quelque huit cent coup de canon leur fût tirer, mais en vain, car ils ne s'en étonnèrent nullement. Les églises s'assemblèrent et allant au vrai remède firent force processions, commande le jeûnes.


Les bons pères capucins ordonnèrent les quarante heures pour tacher d'apaiser l'ire (la colère) de Dieu avec leur salutaire remède.


Le quinzième d'aout apparus sur la mer proche du port de Gênes, trois carrosses trainés chacun par six figures toutes en feux, semblable a des dragons. Et marchaient, les dit carrosses l'un a l'opposé de l'autre et étaient les dit carrosses trainés par les dit signes qui avaient toujours leurs serpents et continuaient leurs cris épouvantables.


Ils s'approchèrent assez de Gênes, tellement que les spectateurs, étonnés s'enfuirent craignant les effets d'un tel prodige, mais comme ils eurent fait la virevolte ( aller- retour) par trois fois le long du port, après qu'ils eurent jeter des cris si puissant de bruit qu'ils (fuissaient)( ? ) retenir les montagnes des environs,.


Ils se perdirent tous dans la mer et depuis on n'en a plus eu de nouvelles.


Ceci à porté grand dommage a plusieurs des citoyens de Gênes, les uns qui en sont mort de peur, comme entre autre le fils du Sr Gasparino de loro, et aussi le frère du signore Anthonio Bagatelo, plusieurs femmes aussi en ont été affligées , elles ont eu telle frayeurs qu'elles en sont mortes. Depuis que l'on a chanté le Te Deum, ils se sont évanouis.


Du depuis le long de la mer de Nice et toute la côte de la Provence, tant du coté de la mer que de la plaine: il s'est trouvé avoir vu pleuvoir du sang naturel qui courrait et tachait de rouge les (fucilles) et les fruits des arbres.


A Toulon la plupart des maisons sur le couvert (toit) étaient taché du dit sang, le pavé et l'église paroissiale dudit lieu à la sortie de la messe fût vu pisser le cornet de vrai flaque pur et naturel.


Le dix-huit dudit mois d'aout à Rilianne en présence de tout le peuple, fut vue une pluie de sang, tellement que nulle ne sortait dehors des maisons que incotinant (?) ne fussent taché dudit sang qui défilait du couvert des toits ou bien celui qui tombait de la prime pluie.


A Labex le 20 aout il à plut du sang en telle abondance qui coulait le long des rues, ils semblait qu'il eussent égorger en leur ville une infinité de personnes, bref tout le long de la mer depuis Nice jusqu'à Marseille, pendant plusieurs jours il à plu du sang.


Prodiges, certe, qui n'est pas sans présager de grands effets

Aussi chose digne de mémoire arrivé presque en même temps en la ville de l'ile de Martegue, , le 22 dudit mois apparut deux homme en l'air, ayant chacun en main arme et bouclier, et ce battaient de telle force qu'ils étonnaient les spectateur, et après s'être longuement battu se reposèrent pour un certains temps puis retournais a la bataille et leurs combat renait pour deux heures.


Le vingt sixième dudit mois ils combattirent a pied et se chamaillèrent de telle force qu'ils semblaient être des forgerons qui battaient sur l'enclume, le lendemain ils se trouvèrent être a cheval, et faisaient voltiger leurs chevaux, comme des gens de guerre, puis se chamaillèrent de telle force que l'on eut dit que l'un ou l'autre tomberaient en bas.


Et le jour s'enfuyant, l'on eut dit que chacun d'eux étaient paré d'un boulevart ( ? ) ou forteresse et après avoir fait assez bonne mine l'un contre l'autre, il se fit bruit comme de quelques tire de canons. Le bruit était si effroyable, qu'il semblait, aux auditeurs, être la fin du monde.


Puis ayant continué le dit jour , l'espace de sept heures, tout en un instant, une nuée épaisse apparut en l'air et couvrit si obscurément (le ciel) que pendant deux heures ne parut que nuées et brouillard noir obscurcissant ( le ciel), sentant comme le salpêtre et après que l'air fut purifier, plus rien ne fut vu de ces chimères, lesquelles furent évanouies.


Ces merveilleux prodiges, ont touché l'âme de plusieurs chrétiens lesquels ayant considéré les merveilles de ce grand Dieu et reconnaissant qu'il est seul puissant et que par sa bonté infinie il veut nous advenir (prévenir) avant de nous envoyer le châtiment qui nous est dû .


Les uns se sont rendus religieux, les autres font pénitence pour apaiser l'ire ( colère ) de Dieu. Le saint esprit les assiste à cette bonne volonté? Ainsi soit-il.

pascal


avatar
pascal
Modérateur
Modérateur

Messages : 51
Crédits € : 27
Réputation : 2
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 53
Localisation : Charleroi / Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gênes 1608

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum